Le Ministère de la Santé a publié une nouvelle stipulant que toute personne souhaitant se procurer des médicaments contenant de codéines doit présenter une ordonnance prescrite par un médecin homologué par l’Etat. Cette disposition a été prise face à la croissance du nombre d’adolescent qui utilise ces médicaments comme une drogue et pour limiter les risques de mortalités.

Une nouvelle forme de drogue pour les jeunes

Pour les personnes qui prennent ce type de médicaments antidouleur, la présentation d’une ordonnance est obligatoire, sans quoi les pharmacies ne leur en délivrent pas. C’est au cours de cette semaine que le Ministère de la Santé a pris la décision d’interdire la vente libre de ces médicaments dans le but de limiter l’addiction des gens notamment les jeunes. En effet, de plus en plus de jeunes fabriquent des cocktails à base de codéine pour faire monter l’adrénaline. C’est une situation très alarmante selon la ministre Agnès Buzyn et de continuer qu’elle et son équipe au niveau de son ministère ont constaté que cette addiction risque de faire un fléau en France comme ce qui s’est passé aux USA. Par conséquent, ils ont pris cette disposition pour mettre fin aux habitudes des jeunes français qui se procurent facilement des sirops à base de codéines pour en faire par la suite des drogues.

Deux victimes depuis le début de l’année

Dérivé de l’opium, la consommation de codéine à quantité importante peut conduire à la morgue. Bien qu’elle ne produise pas les mêmes effets que la morphine, la codéine engendre des conséquences plus ou moins proches. De plus, la ministre a décrété cette nouvelle disposition suite à la mort de 2 adolescents depuis le début de l’année et que 3 autres sont encore dans un état critique. Ces derniers ont consommé un cocktail appelé « purple drank » qui est une composition de codéine, d’antihistaminique et de soda.