Le début de l’année 2017 est marqué par l’achèvement de la CAN 2017. À cette période, on ne peut s’empêcher de faire le point sur cette compétition. Dans la catégorie des meilleurs moments de la CAN, le but de Pierre Emerick est devenu légendaire. En effet, il a ouvert le score durant la CAN. Même si le match se termine sur une égalité, ce but reste légendaire pour les amateurs de football. Mais, de l’autre côté, on voit les pires flots de cette coupe des nations dont voici les pires.

La bêtise des journalistes tunisiens

Déjà, les journalistes algériens et tunisiens en veulent à la CAF, car ils ont été installés dans des hôtels éloignés de la résidence des joueurs et éloignés de l’aéroport. De plus, le côté sécurité laisse à désirer à cause de la présence d’une forêt dense où il est fort possible de tomber sur des animaux sauvages. Mais, les journalistes tunisiens ne sont pas au bout de leur peine. Effectivement, en voulant assister à l’entraînement de leur équipe nationale qu’ils sont venus soutenir en masse, ils se sont égarés en chemin. Ils ont eu beaucoup de mal à trouver le stade Bongoville qui se trouvait à 55 km de leur résidence.

La rencontre Burkina-Cameroun sans hymne national

Le match qui opposait le Burkina à la Cameron s’est déroulé sans l’hymne national des deux nations. Pour cause : une grosse défaillance technique au niveau de la sonorisation. On ne peut pas s’empêcher de penser qu’à ce stade de la CAN, ce type d’erreur pouvait encore avoir lieu. Les supporters ont dû chanter l’hymne a cappella sans quoi, il n’était possible de donner le coup d’envoi. La CAF, quant à elle, a présenté ses sincères excuses aux deux équipes et aux deux nations face à ce désagrément.