Le marché a été surpris par l’annonce d’Emmanuel Macron sur l’éventuelle remise sur pied de la taxe Tobin européenne. Il s’agit d’une version de la TTF française (taxe sur les transactions financières), mais sur l’échelle européenne. Cette taxe, bien qu’elle soit plus restreinte que son prédécesseur, peut avoir des impacts négatifs sur le marché d’après Bertrand de Saint-Mars, délégué général adjoint de l’Association française des marchés financiers. Bien d’autres acteurs financiers partagent d’ailleurs son point de vue.

Tour d’horizon sur cette nouvelle taxe

Emmanuel Macron a déjà évoqué son soutien vis-à-vis de ce dispositif financier TTF depuis son élection. Toutefois, il a toujours remis le dossier à des temps ultérieurs. Les acteurs du marché ne pensant plus à un éventuel retour de la taxe Tobin a été pris de court par cette annonce du Président français. Cette taxe peut sérieusement décourager les investisseurs puisqu’elle touche même les investisseurs non-résidents. Quoi qu’il en soit, elle reste restreinte et ne fera que peu de mal puisqu’elle s’appliquera uniquement à l’Europe des 28. Cette taxe ne touchera pas les produits dérivés. C’est un peu comme la TTF française et le stamp duty britannique.

Elle peut être une manœuvre politique

Certains acteurs sur le marché pensent que la mise en place de cette taxe est avant tout une manœuvre politique. Emmanuel Macron veut à tout prix lisse son image d’homme politique en séduisant l’opinion publique avec cette nouvelle taxe restreinte. En effet, elle ne touche que très peu de monde et sa recette sera exclusivement affectée à l’aide au développement. On peut donc dire que cette taxe TTF est plus souple, plus avantageuse que le dispositif en cours. Beaucoup affirment alors qu’Emmanuel Macron cherchent à enterrer le processus actuel avec un projet moins ambitieux. Mais va-t-il séduire sans difficulté 28 Etats avec ce nouveau dispositif ? Attac, le promoteur historique de la taxe sur les transactions financières doute fort sur le sujet.